Musicoin Technologie Usage

Le Musicoin, la réponse à l’industrie du disque ?

single-image

Nouveau venu dans l’écosystème des crypto-trucs, le Musicoin a fait son introduction sur les marchés le 18 mars 2017 avec un premier bond le 27 mars, jusqu’à maintenant c’est près de 800 000$ qui ont été transformer. Cette nouvelle valeur est un cas concret de l’utilisation grand public d’une technologie blockchain pour animer un service.

Data by CryptoCompare API

Le Musicoin est une sorte de fusion entre la SACEM et Spotify (ou peut être plus proche de SoundCloud et iTunes dans sa moitié de vie). C’est un écosystème dédié à la musique, proposant la publication d’oeuvres via des smart-contrat Ethereum gérant les droits et le dispatch des rétributions des écoutes. Car le Musicoin propose une interface web d’accès au catalogue en streaming avec un modelé de Pay-per-Play, chaque écoute d’un titre coute 1MC*.

*Ce qui est un énorme point de friction par rapport à l’introduction du Musicoin sur les marchés, qui eux décident de la valorisation du coin au gré de l’offre et la demande. L’évolution de cette politique tarifaire est à suivre de prés et décidera de la réussite de ce projet.

Le MC permet de décider lors de la publication d’un nouveau titre au catalogue, de choisir le ratio de rétribution de chaque lecture a ses différents ayants droit, ce qui est une plus-value énorme à l’ère du questionnement de l’économie de la musique. Les artistes aujourd’hui doivent se tourner vers les concerts et les ventes de produits dérivés pour assurer une rentabilité à leur investissement de temps de création-production. Sans oublier que le Musicoin se met à la disposition des artistes, permettant les donations et la création d’espace.

Cette technologie se veut aussi ouverte, permettant l’apparition de nombreuses applications utilisant cette blockchain pour s’alimenter en contenu. Et bonus, comme le catalogue est contenu dans une blockchain, la publication d’un titre acquière une preuve d’antériorité, ce qui rend des services comme la SACEM « obsolètes » sur certains aspects  (même s’ils travaillent sur une riposte).


Au début de l’histoire de la distribution commerciale de la musique, le streaming n’était pas imaginable, support physique obligatoire. Quand il a été accessible à tous d’enregistrer du son sur un support, le piratage est apparu, facile de dupliquer une casette. Quand les CD sont arrivés dans les années 80, puis les ordinateurs dans les années 90 avec des lecteurs-graveurs de CD accessible dans les années 2000, il est devenu facile de copier les CD ainsi que de convertir les pistes en MP3. Les iPods et autres lecteurs de MP3 se sont remplis de plus en plus de titres au fur et à mesure de la démocratisation d’internet, de Napster, du P2P.

Puis est arrivé le streaming, faisant accepter son cout pour le service rendu, à savoir l’inobligation à stocker et l’instantanéité d’accès à un catalogue presque infini. Spotify a ébranlé le marché de l’achat de titres introduit par iTunes, avec son abonnement Premium permettant une écoute illimitée dans un confort inouï.

Même si des plateformes comme SoundCloud et YouTube existe pour l’écoute musicale gratuite, le Pay-Per-Play à t-il une chance aujourd’hui ?


La réponse se trouve dans ce calcul, selon royaltycalc.com, 1000 écoutes sur Spotify rapportent 4$, 6$ sur iTunes, soit une moyenne de 0,005$ par écoute. Spotify coute 9.99$/mois comme iTunes/Apple Music. Soit l’écoute de 1 998 titres/mois, à une moyenne de 3.5min par titre, cela fait 127 heures de musique par mois, 4 heures et quelques par jour.

Même si une partie des clients laissent jouer des titres toute la journée, d’autres se contentent de quelques heures espacées dans la semaine, sur l’intégralité des clients la balance s’équilibre assez pour que les plateformes puissent en tirer des bénéfices et le maintien du service.

Si le même tarif d’écoute était appliqué sur le Musicoin, il serait économiquement plus intéressant pour le client moyen de faire le switch, rechargeant son compte de temps en temps de crédit de lecture. Avec le bénéfice image que le dispatch des gains d’écoutes soit rétribué directement auprès des artistes et de l’écosystème direct qui les entourent.


Le Musicoin est disponible selon CoinMarketCap sur Bittrex et Cryptopia. Et vous trouverez les informations sur le mining dans le Wiki GitHub du projet (c’est un mining ETH).

 

3 Comments
  1. Louis 2 années ago
    Reply

    Je cours en acheter !

  2. […] Le Musicoin, la réponse à l’industrie du disque ? […]

  3. […] est une sorte de PopCornTime légal, un Netflix du blockchain, le concept est très proche du Musicoin, un système de Pay-Per-Play (qu’ils appellent TVOD : Transaction-Video-On-Demand ) […]

Leave a Comment

Your email address will not be published.

You may also like

%d blogueurs aiment cette page :